Logo PRG

Federation de la Nievre

Logo Nievre

Historique de la Fédération PRG de la Nièvre :

C’est en 1993 que la Fédération du Mouvement des Radicaux de Gauche est créée dans la Nièvre.

On se souvient encore de Rémy Bertin déjà radical sous Mendés France qui avait su garder les clés de la Fédération mais c’est avec l’arrivée de Bernard Tapie au MRG que le parti reprend une dimension nationale qui donne une impulsion jusque dans la Nièvre. Alain Desboudard, maire d’Ourouer, prend alors la présidence d’un mouvement qui compte alors plus de trente adhérents.

Dans la dynamique des élections européennes de 1994, les radicaux nivernais suivent les grands moments du duo Tapie/Hory et assistent à la Convention pour les Européennes à la Mutualité à Paris. Alain Desboudard est présent sur cette liste qui recueille plus de 10 % des suffrages.

Suivent l’Université d’Eté à Ramatuelle puis le Congrès du Bourget de 1995 avec 5000 congressistes radicaux. Alain Desboudard y prend d’ailleurs la parole.

Jean-François Hory est candidat à la présidentielle, les nivernais viennent le soutenir à la Convention parisienne. C’est ensuite le départ de Bernard Tapie, puis après la présidentielle, de Jean-François Hory. Les radicaux nivernais y perdent en motivation.

Toujours en 1995, Christophe Baum devient, à 19 ans, président de la fédération et  conseiller municipal à Nevers. A Dornes, Fabrice Van Hectevelde se présente aux élections municipales sans parvenir à être élu.

Robert Estorge prend alors la présidence de la fédération. Il participe à de nombreux forums ou réunions publiques organisés par le PCF, le PS ou les Verts, publie de nombreux articles dans la presse locale et donne ainsi sa place politique au PRG dans la Nièvre.

En 1998 Alain Desboudard et Fabrice Van Hectevelde se présentent aux élections cantonales sur Nevers. Ils recueillent plus de 3 % des suffrages. La même année, les radicaux ne parviennent à conclure un accord avec le PS pour les élections au conseil régional.

En 2001, Michel Estorge est élu conseiller municipal délégué à la jeunesse à Nevers et devient président du PRG en novembre 2003.

En mars 2004 lors des élections cantonales, Patricia Laurent, candidate PRG/PS sur le canton de Donzy, réalise un score de 15 %, de loin le meilleur jamais réalisé par un candidat PRG dans la Nièvre. Quelques mois plus tard, en juin, lors d'une cantonale partielle, Eric Schmidt obtient 4 % face au PS et d'autres candidats très implantés, sous la seule bannière PRG.

En mai 2005, les Radicaux s'investissent avec force dans la campagne rédérundaire sur le traité constitutionnel européen et participent à de nombreux meeting avec Harlem Désir, François Hollande ou Bertrand Delanoë. Daniel Paris, candidat PRG aux législatives dans l'Yonne et Président de la Fédération Régionale du PRG vient leur pretter main forte.

En octobre 2006, précédant le Congrès Extraordinaire du PRG portant sur la présidentielle de 2007, la Nièvre accueille Christiane Taubira pour une conférence débat et lui apporte son soutien pour son investiture par le PRG, celle ci n'est pas accordée au Congrés d'octobre 2006 et les radicaux soutiennent finalement la candidature de Ségolène Royal, PS.